9 Techniques de peinture acrylique

En peinture, la technique ne fait pas tout…

Mais les différentes techniques sont autant d’outils qui élargissent le champ des possibles et permettent au peintre d’obtenir plus facilement et rapidement certains effets, représenter au mieux le sujet de son choix.

Bon… Parmi toutes les techniques et utilisations de la peinture, vous en laisserez probablement de côté, ce sont justement vos préférences, vos sujets de prédilection et vos expérimentations dans ces techniques qui vont en partie construire votre style graphique.

Si vous avez déjà peint quelques tableaux, il est même possible que vous ayez déjà utilisé une ou plusieurs techniques sans en connaître le nom.

Aujourd’hui, je vous présente quelques techniques de peinture qui pourront vous servir dans vos tableaux et vous aider à progresser.

Vous pouvez regarder la vidéo un peu plus bas, ou continuer l’article si vous préférez la lecture.

Les différentes techniques de peinture de cette vidéo et article :

Rejoignez peinture pour tous

Inscrivez vous à la newsletter Peinture pour Tous pour recevoir mes conseils, être au courant des dernières sorties de vidéos et cours de peinture. Vous recevrez directement mon ebook sur le matériel de la peinture acrylique et la couleur. Pour en savoir plus cliquez ici.

livre peinture acrylique matériel et la couleur

1. Pinceau sec

Cette manière de peindre consiste à prendre un peu de peinture non diluée pour l’appliquer sur une couche déjà sèche du tableau.

Si le pinceau est trop chargé en peinture, vous couvrirez uniformément la surface. Pour obtenir l’effet voulu, vous pouvez enlever l’excès de peinture et d’humidité en l’essuyant dans un chiffon.

Le but de cet effet est d’obtenir des traits rompus, laissant apparaître par endroits la couche du dessous. Les pigments se déposant sur les reliefs de votre support.

N’hésitez pas à essayer avec des valeurs claires sur des plus foncées et inversement. Laisser sécher entre chaque couches et ne sur travailler pas pour ne pas effacer l’effet.

On peut obtenir différentes marques en appuyant plus ou moins et en variant les angles du pinceau. Et justement, pour les pinceaux, on utilise généralement des soies de porc, à poils courts mais on peut aussi prendre des poils synthétiques plus doux pour une application plus subtile et plus diffuse.

2. Frottis à l'acrylique

La technique de frottis est assez proche, la différence entre pinceau sec et frottis, c’est qu’on va généralement utiliser un peu plus de peinture sur le pinceau pour les frottis.

La peinture est appliquée avec un mouvement de frottements plus ou moins circulaires pour doucement forcer les pigments déjà presque secs à accrocher la surface la plus haute de la texture du support.

On voit là aussi la couche inférieur transparaître, créant des mélanges optiques et des transitions floues.

Prenez plutôt des vieux pinceaux, aux poils assez courts et pourquoi pas écartés, en soies de porcs pour éviter d’abîmer vos pinceaux les plus fragiles.

Le pinceau sec et les frottis sont de bonnes techniques pour créer certaines textures, des effets abstraits, des lumières, des atmosphères, du brouillard ou encore des nuages.


Grâce à ses propriétés, l’acrylique convient bien à ces techniques et on va pouvoir peindre plusieurs couches les unes sur les autres assez rapidement en laissant sécher entre chaque couche.

3. Comment peindre des glacis à l'acrylique

Passons maintenant aux glacis, une technique également très répandue qui peut être assez mystérieuse quand on débute en peinture.
Un glacis est une fine couche de couleur transparente appliquée sur un tableau pour en modifier la teinte.

On peut peindre de multiples couches les unes sur les autres (en laissant sécher entre chaque) , pour créer de la profondeur et des couleurs vibrantes par mélange optique. C’est à dire que la lumière renvoyée à l’oeil traverse ces différentes couches de couleurs transparentes créant ainsi de nouvelles teintes, offrant de la richesse et de la profondeur à un tableau.

Les glacis facilitent les changements subtiles de couleurs comme on peut en trouver dans les teintes de peaux de la peinture de portraits ou encore dans les feuillages, fourrures etc.

Cette technique peut également servir à unifier l’ensemble d’un tableau en le recouvrant entièrement ou seulement sur des zones spécifiques pour les mettre en avant ou en corriger la teinte.

Bien que les pigments transparents ou semi-transparents sont les plus utilisés pour peindre les glacis, on peut quand même utiliser les couleurs opaques en les diluant suffisamment pour qu’on voit au travers.

D’ailleurs ça porte un autre nom moins connu : les vélatures. Par exemple un blanc de titane diluer avec de l’eau ou du médium nous permet de créer un voile blanc, un genre de brouillard qui peut être très utile pour les lumières ou des effets atmosphériques.

Un voile sombre peut foncer les couleurs et créer des zones d’ombres.

Les glacis et velatures sont donc des techniques très pratiques pour ajuster et perfectionner les couleurs et valeurs dans un tableau.

Pour créer un glacis, vous pouvez utiliser de l’eau , un médium à glacis, un médium brillant ou encore un médium mat. Les proportions sont en général d’un volume de peinture pour dix volumes de médium mais lisez les instruction sur votre produit et tester votre glacis à part car certains pigments ont de plus grands pouvoirs colorant que d’autres.

Appliquez votre glacis sur une couche sèche avec un pinceau aux poils doux.
Il est possible d’atténuer ou d’effacer un glacis avec une éponge humide, un chiffon ou un pinceau propre tant qu’il est encore humide.

Attendez bien qu’une couche soit sèche avant d’en passer une nouvelle. C’est préférable de passer plusieurs couches fines qu’une seule épaisse et de commencer avec une couche pas trop pigmentée qu’on peut intensifier ensuite avec une seconde couche.

On peut combiner la technique des glacis avec une grisaille. Comme ici j’ai peint cet ours juste en niveaux de gris pour me concentrer uniquement sur les valeurs pour ensuite apporter facilement la couleur avec des glacis de bruns chauds.

4. L'imprimatura

L’imprimatura est une technique très ancienne qui consiste à passer une première couche de peinture fine et transparente. On peint généralement avec une couleur assez neutre, un brun, un gris ou un bleu très dilué. Ça aide le peintre à unifier le tableau et à mieux juger des valeurs par la suite.

On peut peindre cette couche avant ou après l’esquisse, sans dessiner avec un crayon trop gras qui risquerait de s’étaler.

5. Fondus dans le frais

Contrairement à la technique sèche vue précédemment, on peut créer des fondus en travaillant la peinture dans le frais, c’est à dire mélanger les couleurs directement sur la toile en appliquant de la peinture dans une couche encore humide ou en posant deux couleurs ou valeurs l’une à côté de l’autre que l’on mélange pour que les limites entre elles ne soient plus visibles.

Le séchage rapide de l’acrylique peut rendre cette technique plus difficile mais reste tout de même possible et voici quelques conseils :

il est plus facile de fondre des transitions douces dans de petites zones que sur de grande surfaces.

Une couche plus épaisse de peinture est plus facile à fondre qu’une couche plus fine.

Les pinceaux plats ou langues de chats à poils doux sont les plus utilisés pour cette technique.

Travaillez avec votre pinceau dans la même direction pour éviter la contamination des couleurs et valeurs.

Essuyez régulièrement votre pinceau de l’excès de peinture.

Vous pouvez également utiliser un pinceau propre pour mélanger doucement la peinture.

évitez de sur travailler pour ne pas mélanger complètement la peinture et n’obtenir qu’une seule couleur.

Enfin pour prolonger le temps de séchage de l’acrylique, vous pouvez utiliser un médium retardateur qui vous permettra de travailler plus longtemps.

6. le sgraffito

La technique du sgraffito consiste à gratter et donc retirer la peinture d’une couche encore fraîche pour laisser apparaître la couche inférieur.


On applique donc une couche de peinture sur un fond d’une ou plusieurs couleurs ou encore le blanc du support. Pour avoir le temps de travailler, notamment sur de grandes surfaces, on peut utiliser un médium retardateur là encore.

On peut utiliser beaucoup d’objets pour gratter tant qu’il ne risque pas de détériorer le support. Par exemple la pointe d’un couteau à peindre, le manche d’un pinceau, un morceau de carton, une vieille carte de crédit, une clé de châssis ou beaucoup d’autres objets présents chez vous.

Le choix de l’outil va aussi dépendre du motif que l’on souhaite obtenir. Avec cette technique on va pouvoir faire apparaître des lignes très fines, des rayures plus larges. On peut également se servir de color shaper, sorte de pinceaux en silicone aux formes variées.

7. Peindre en empâtements

On réalise des empâtements en appliquant de la peinture épaisse avec un pinceau ou un couteau à peindre, pour créer des reliefs sur le tableau. Les traces de pinceau ou de couteau sont clairement visibles donnant un effet 3D .

L’impasto est utilisé aussi bien dans la peinture abstraite que de paysages ou de portraits. Les acryliques Heavy body, à haute viscosité, sont les plus adaptées à cette technique et on peut également utiliser des médiums d’empâtements, gels de texture ou encore du modeling paste.

8. Peinture à l'éponge

Une éponge peut être utiliser pour corriger une erreur en retirant de la peinture encore fraîche en essuyant rapidement la zone avec une éponge humide mais aussi pour créer une texture en tapotant doucement l’éponge humide sur une couche de peinture qui vient d’être appliquée créant des espaces négatifs où l’on voit la couche inférieur.

Mais on peut aussi appliquer de la peinture avec une éponge, encore une fois pour créer des textures en imprimant son motif tacheté sur la toile , on peut également frotter l’éponge pour étaler la peinture, adoucir des coups de pinceaux, créer des fondus, des genres de frottis.

Superposer plusieurs couches de couleurs et valeurs distinctes pour créer des fonds ou texturer certains objets ou paysages. Nettoyez bien votre éponge à l’eau après utilisation et laissez la sécher à l’air libre.

9. Tampon

Cette technique consiste à imprimer les reliefs d’un objet pour créer des motifs.

Les possibilités sont multiples mais pour l’exemple j’ai pris un morceau de papier bulle sur lequel j’ai appliqué de la peinture assez fluide, ni trop liquide, ni trop épaisse, avec un pinceau plat aux poils doux, que j’ai ensuite pressé doucement contre le support.

Mais on peut imaginer utiliser des plumes, des formes ou lettres découpées, des empreintes de doigts. Travaillez rapidement avant que la peinture ne sèche et essayer d’abord votre tampon à côté pour éviter les mauvaises surprises.

Votre Ebook offert

Inscrivez vous à la newsletter Peinture pour Tous et recevez :
– votre livre (pdf) en cadeau de bienvenue,
– des conseils et astuces d’artiste,
– des ressources pour les tutos gratuits (modèles, grilles…)
– et des infos et réductions sur les cours de peinture.

Bien sur, c’est totalement gratuit et je déteste les spams, vos données sont protégées et non partagées.

Peinture acrylique :les fondamentaux du matériel et de la couleur
livre peinture acrylique matériel et la couleur
Plus de 50 pages sur le matériel et la couleur en peinture.
Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Prêt à développer
votre potentiel artistique

Découvrez les cours de peinture en ligne pour débuter ou vous améliorer dans votre pratique de la peinture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *